Last News

Last News

The media situation in the Middle East

Today’s media market is facing strong competition between traditional media and electronic media sources: websites, social networks and smartphone information applications due to the ever-increasing number of Internet users worldwide.[…]

Read more
15 October 2018 0

Media trends in the Middle East

A study carried out by Northwestern University on media use in the Middle East in 2017 showed that Arabs tend to follow information on the Internet and social media. This[…]

Read more
15 October 2018 0

Social media in the Middle East

The uncertainty the press’s future keeps on reigning in the media sector. Every day, new techniques and different sources of information are emerging; dozens of applications enter the competition daily.[…]

Read more
15 October 2018 0

The Middle East refers to the region between the eastern shore of the Mediterranean Sea and the border demarcation between Iran and Pakistan. This part of the world, which is developing and in full bloom, is currently experiencing an accelerated and amplified digital transition that the European continent has experienced in recent years. Since the 2000s, the Middle East has been plunged into a context of rapid technological and media development. However, there are many challenges as the area faces strong competition and a high tax and regulatory pressure environment. Bashar Kiwan suggests a look back at this progress and the digital revolution in the Middle East.

Bashar Kiwan is the founder and president of al-Waseet International. It was founded in 1992 in Kuwait in partnership with two influential figures from the country, Mohammad el-Outeybi and Sheikh Sabah Jaber Sabah. Al-Waseet International (AWI) belongs to the Al-Wataniya group, which also owns other publications such as al-Balad, Layalina and Star. It is headquartered in Dubai. The company is a large publishing house that also specializes in media. For example, al-Waseet is a classified newspaper, Layalina a monthly celebrity newspaper and al-Balad a daily newspaper. As a result, entrepreneur Bashar Kiwan is very interested in the digital revolution of the Middle East.

Digital revolution from 2000 to 2010

Between 2000 and 2010, the Middle East underwent a profound digital change. This revolution has affected the whole media sector: independent journalists, major television channels and print newspapers. This makes information dissemination and exchanges much easier. A look back at this period of digital change is needed.

Social networks in the Middle East

Thanks to the democratization of the Internet, the number of social networks users also increased significantly during the decade 2000-2010, especially among the younger generations. In the Middle East, the most used social networks are: Youtube, Facebook, Twitter and LinkedIn. In countries such as Egypt and Lebanon, the utilization rate even reaches 70%. It is interesting to note that custom interfaces have been developed by Internet giants to be adapted to the Arabic language. Similarly, “native” sites have been created and are only accessible to the concerned public. However, users of Arabic interfaces are rather in the minority since they represent only 25% of Internet users. We also notice that more and more of them are turning away from English-language sites in favor Arabic-language sites. This trend is a true indicator of the fact that Internet users in the Middle East are increasingly looking for cultural content that reflects the specific characteristics of their region. The rise of social networks and, by extension, the Internet, has also changed the relationship between new generations and news. Thus, different groups were formed.

The important issues of the Internet and the media

Thanks to the spread of the Internet in Middle Eastern countries, it was quickly realized that a wide range of topics were of interest to Internet users. Of course, the traditional media (press, television, radio) still play an important role, but people no longer rely on these media to form their own opinions and keep informed. Indeed, since the 2000s, they have been using the Internet extensively to have a different perspective on sometimes complicated situations. Thus, professionals in the sector, such as Bashar Kiwan, have seen the development of Internet communities: bloggers, activists, campaigners, etc. In addition, although most initiatives are individual, these people can also form a community of several individuals and organize collectively through social networks like Facebook, for example. The case of blogs is quite representative of the digital revolution that is currently taking place in Middle Eastern countries. In 2010, there were 30,000 of them. Some of these blogs are followed by thousands of people forming a quality audience. These blogs, seen mainly by locals, are even read by activists, politicians, journalists and academics. They have reached such fame that traditional newspapers cite blogs as the source of their articles. Examples include: Al-Masry Al-Youm in Egypt, or Al-Balad, which belongs to Bashar Kiwan in Lebanon. The multiplication of blogs can be explained by the fact that they are very affordable and easy to set up. In addition, they are an ideal platform for sharing and free expression. We also notice that many bloggers are replacing the role of journalist and are even becoming whistleblowers.

Barriers to the development of digital tools

Although the digital revolution is underway in Middle Eastern countries, not all populations are equal in terms of innovations. Indeed, many people consider that the Internet is still reserved for the privileged and does not yet reach the whole of Arab society. People in disadvantaged areas, for example, are not connected. The development of the network is not optimal and equitably distributed between the territories. Indeed, this development is linked to the economic situation of the various countries. It cannot therefore be said that all regions are equal with respect to digital revolution, especially since the media focus mainly on highly urbanized and therefore densely populated areas. Has the situation really changed since 2010?

Evaluation of the current digital situation in the Middle East

A study conducted by Northwestern University in Qatar shows that media use in the Middle East in 2017 is increasingly focused on social networks and the Internet. The purpose of this study was to analyze the media habits of 7,000 Arabs from 7 different countries: United Arab Emirates (UAE), Lebanon, Saudi Arabia, Jordan, Qatar, Tunisia and Egypt. We can therefore say that the situation has progressed since 2010.

Clear progression of Internet use

The digital revolution, as in all the countries where it has taken place, has claimed several victims: the press and radio. Middle Eastern countries are no exception, as the study clearly shows that newspapers and magazines reading rate and radio hearings have declined significantly. For newspapers, the reading rate fell from 47% in 2013 to 25% in 2017; for radio, hearings fell from 59% in 2013 to 49% in 2017; and finally, the magazine reading rate fell from 26% in 2013 to 19% in 2017. While the Internet is increasingly successful: 63% in 2013 and 84% in 2017, an increase of 21%. It is also interesting to note that television use has not decreased too much, from 98% in 2013 to 93% in 2017. Press professionals, such as Bashar Kiwan, now have to adapt to these new habits. It is also interesting to note that the use of Arabic-language online has continued to increase since 2010, in proportion to the increase in Internet users.

Increasing use of social networks

The increasing use of Smartphones is inevitably accompanied by an increase in the use of social networks. WhatsApp social media is ranked first among applications used by Middle Eastern inhabitants (67%). In second and third place are Facebook (63%) and Youtube (50%) respectively. This massive use of social networks, which is accompanying the digital revolution in the Middle East, is pushing media professionals (television, print media, radio, etc.) to change the way they operate. These digital tools can be a real opportunity to increase their audiences. For example, the print media must go digital if it wants to survive: development of a website that offers the same articles as the paper version, use of social networks to communicate (relay articles, inform readers, etc.). Similarly, television can turn to the Internet to offer its programmes on VOD (Video on Demand) and radio can broadcast its programmes and podcasts online. Although it has a very strong impact on traditional media, the current digital revolution in the Middle East can be a tremendous development opportunity for media that manage to make the transition under the best conditions. However, the digital revolution does not stop there. It also represents future prospects in the political, economic and social fields.


Contact

Pour poser une question ou nous contacter, n’hésitez pas à remplir le formulaire suivant.

Contact form will be displayed here. To activate it you have to click this area and set the shortcode parameter in Customizer.

Les dernières News

The media situation in the Middle East

Today’s media market is facing strong competition between traditional media and electronic media sources: websites, social networks and smartphone information applications due to the ever-increasing number of Internet users worldwide.[…]

Read more
15 October 2018 0

Media trends in the Middle East

A study carried out by Northwestern University on media use in the Middle East in 2017 showed that Arabs tend to follow information on the Internet and social media. This[…]

Read more
15 October 2018 0

Social media in the Middle East

The uncertainty the press’s future keeps on reigning in the media sector. Every day, new techniques and different sources of information are emerging; dozens of applications enter the competition daily.[…]

Read more
15 October 2018 0

Pour les occidentaux, le Moyen-Orient désigne la région comprise entre la rive orientale de la mer Méditerranée et la ligne tracée par la frontière entre l’Iran et le Pakistan. Cette partie du monde, en plein développement et en pleine croissance, vit, actuellement, en accéléré et de manière amplifiée la transition numérique que le continent européen a vécu a vécu ces dernières années. Depuis les années 2000, le Moyen-Orient est plongé dans un contexte de développement rapide de la technologie et des médias. Cependant, les défis sont nombreux car la zone est confrontée à une forte concurrence et à un environnement à la forte pression fiscale et réglementaire. Bachar Kiwan, nous propose de revenir sur cette marche en avant et l’évolution numérique au Moyen-Orient.

Bachar Kiwan est le fondateur et le président de la compagnie al-Waseet International. Elle a été créé en 1992 au Koweït en partenariat avec deux figures influentes du pays Mohammad el-Outeybi et cheikh Sabah Jaber Sabah. Al-Waseet International (AWI) appartient au groupe Al-Wataniya qui possède également d’autres publications comme al-Balad et Layalina. Son siège social est situé à Dubaï. La compagnie est une grande maison d’édition qui est aussi spécialisée dans les médias. Par exemple, al-Waseet est un journal de petites annonces, Layalina est un mensuel people et al-Balad est un quotidien. De ce fait, l’entrepreneur Bashar Kiwan est très intéressé par l’évolution numérique du Moyen-Orient.

Au cours de cet article, nous reviendrons donc, avec lui, sur l’évolution numérique au Moyen-Orient au cours des années 2000 à 2010 avant de faire un point sur la situation actuelle dans cette zone du monde en plein développement. Pour finir, nous nous attarderons sur les perspectives d’avenir de ce secteur au travers des différentes actions menées par les startups notamment.

L’évolution numérique des années 2000 à 2010

Entre les années 2000 et 2010, le Moyen-Orient a subi une profonde modification numérique. Cette révolution a touché tous les secteurs médiatiques : les journalistes indépendants, les grandes chaînes de télévision, les journaux papiers. Ainsi, l’information circule beaucoup plus facilement et les échanges sont clairement simplifiés. Retour sur cette période de changement numérique.

La croissance des nouveaux médias au Moyen-Orient

La décennie entre les années 2000 et 2010 a été marquée par la croissance impressionnante des nouveaux médias dans le monde arabe suite au développement des télévisions satellitaires puis grâce à l’essor d’Internet. Selon Internet World Stats, qui recense les usages du web par les internautes, le Moyen-Orient comptait, en 2010 63 millions d’utilisateurs alors qu’ils n’étaient que 3 millions en 2000. Cette croissance peut notamment s’expliquer par la dénationalisation, la libéralisation des industries de la communication et l’adoption de nouveaux modèles économiques. Cette augmentation peut aussi s’expliquer par la transformation, la transmission et le partage du savoir. Par exemple, le domaine du marketing digital a connu une avancée fulgurante pendant cette période. D’après un rapport de Madar Research Group, une société d’études sur les technologies de l’information et de la communication basée à Dubaï, le budget publicitaire en ligne au Moyen-Orient a augmenté de 50% chaque année. La compagnie libanaise, Eastline Marketing, dépeint également le même tableau. Plus précisément, c’est la population, de par ses nouvelles habitudes de consommation, qui a initié et propulsé ce changement sans précédent. Dans tous les pays, on remarque que des espaces publics se créent et permettent de favoriser la participation active entre les citoyens. Ces nouvelles pratiques participent grandement à l’explosion des nouvelles technologies numériques dans les pays du Moyen-Orient et contribuent à redéfinir la configuration du paysage sociopolitique, religieux et économique.

Les enjeux importants d’Internet et des médias

Grâce à la propagation d’Internet dans les pays du Moyen-Orient, on s’est très vite aperçu qu’un large panel de sujets intéressaient les internautes. Ces sujets, souvent politisés, ont été l’objet d’intenses débats. Bien entendu, les médias traditionnels (presse, télévision, radio) ont toujours un rôle important mais les populations ne se contentent plus de ces médias pour se forger leur propre avis et s’informer. En effet, elles utilisent, depuis les années 2000, grandement Internet pour avoir un autre point de vue sur des situations parfois compliquées. Ainsi, les professionnels du secteur comme Bachar Kiwan, ont vu se développer les communautés d’Internet : blogueurs, activistes, militants, etc. De plus, bien que la plupart des initiatives soient individuelles, ces personnes peuvent aussi se réunir en communauté de plusieurs individus et s’organiser collectivement via les réseaux sociaux comme Facebook, par exemple. Le cas des blogs est assez représentatif de l’évolution numérique qui a actuellement lieu dans les pays du Moyen-Orient. En 2010, on en dénombrait 30 000. Certains de ces blogs sont suivi par des milliers de personnes et leur audience est de qualité. Ces blogs, consultés par des locaux, sont même lus par des militants, des politiciens, des journalistes et des académiciens. Leur poids est tellement important que des journaux papiers classiques citent des blogs comme sources de leurs articles. On peut par exemple citer : Al-Masry Al-Youm en Égypte, ou al-Balad, qui appartient à Bachar Kiwan, au Liban. La multiplication des blogs peut s’expliquer par le fait que ce sont des outils très simples à mettre en place et très abordables. De plus, ils constituent une plateforme idéale de partage et d’expression libre. On remarque aussi que de nombreux blogueurs remplacent le rôle de journaliste et deviennent même des lanceurs d’alerte.

Les réseaux sociaux au Moyen-Orient

Grâce à la démocratisation d’Internet, les réseaux sociaux ont aussi vu, pendant la décennie 2000-2010, leur nombre d’utilisateurs largement augmenté surtout auprès des jeunes générations. Au Moyen-Orient, les réseaux sociaux les plus utilisés sont : Youtube, Facebook, Twitter et LinkedIn. Dans des pays comme l’Egypte et le Liban, le taux d’utilisation est même de 70%. Il est intéressant de noter que des interfaces sur mesure ont été développées par les grands noms d’Internet afin d’être adaptées à la langue arabe. De même, des sites « natifs » ont été créés et sont uniquement accessibles pour ce public. Pourtant, les utilisateurs des interfaces arabophones sont plutôt minoritaires puisqu’ils ne représentent que 25% de internautes. On remarque aussi qu’ils sont de plus en plus nombreux à se détourner des sites anglophones pour se diriger vers des sites en arabe. Cette tendance est un véritable indicateur du fait que les internautes au Moyen-Orient recherche de plus en plus du contenu culturel qui répond aux particularités de leur région. Le numérique, bien qu’il contribue au changement des mœurs, est tout de même largement influencé par les pratiques culturelles, les religions, la politiques et les facteurs socio-économiques. L’essor des réseaux sociaux, et par extension, d’Internet a aussi modifié le rapport que les nouvelles générations entretiennent avec l’actualité. Ainsi, différents groupes se sont formés.

Les obstacles au développement des outils numériques

Bien que la révolution numérique soit en marche dans les pays du Moyen-Orient, toutes les populations ne sont pas égales face à ses innovations. En effet, de nombreuses personnes considèrent qu’Internet est encore réservé aux privilégiés et n’atteint pas encore l’ensemble de la société arabe. Les personnes situées dans les zones défavorisées, par exemple, ne sont pas connectées. Le développement du réseau n’est pas optimal et réparti de manière équitable entre les territoires. En effet, ce développement est lié à la situation économique des différents pays. On ne peut donc pas dire que toutes les régions sont égales face à cette révolution numérique. Surtout que les médias se concentrent, avant tout, sur les zones fortement urbanisées et donc grandement peuplées. Depuis les années 2010, la situation a-t-elle réellement changée ?

Etat des lieux de la situation numérique du Moyen-Orient aujourd’hui

Une étude réalisée par l’Université Northwastern à Qatar, montre que l’usage des médias au Moyen-Orient, en 2017, est de plus en plus tourné vers les réseaux sociaux et Internet. Cette étude a eu pour but d’analyser les habitudes médiatiques de 7000 arabes, originaires de 7 pays différents : Émirats Arabes Unis (EAU), Liban, Arabie Saoudite, Jordanie, Qatar, Tunisie et Egypte. On peut donc sans problème dire que la situation a avancé depuis les années 2010. Retour sur cette étude pleine d’enseignement.Une étude réalisée par l’Université Northwastern à Qatar, montre que l’usage des médias au Moyen-Orient, en 2017, est de plus en plus tourné vers les réseaux sociaux et Internet. Cette étude a eu pour but d’analyser les habitudes médiatiques de 7000 arabes, originaires de 7 pays différents : Émirats Arabes Unis (EAU), Liban, Arabie Saoudite, Jordanie, Qatar, Tunisie et Egypte. On peut donc sans problème dire que la situation a avancé depuis les années 2010. Retour sur cette étude pleine d’enseignement.

L’usage d’Internet en nette progression

La révolution numérique, comme dans tous les pays où elle a eu lieu a fait plusieurs victimes : la presse papier et la radio. Les pays du Moyen-Orient n’échappent pas à la règle puisque l’étude montre clairement que le taux de lecture des journaux et des magazines et les audiences de la radio ont largement diminué. Pour les journaux, le taux de lecture est passé de 47% en 2013 à 25% en 2017 ; pour la radio, les audiences ont baissé de 59% en 2013 à 49% en 2017 ; enfin le taux de lecture des magazines est passé de 26% en 2013 à 19% en 2017. Alors que de son côté, Internet connaît toujours plus de succès : 63% en 2013 et 84% en 2017, soit une augmentation de 21%. Il est également intéressant de signaler que l’usage de la télévision n’a pas trop diminué, passant de 98% en 2013 à 93% en 2017. Les professionnels de la presse, comme Bashar Kiwan, doivent maintenant s’adapter face à ses nouvelles habitudes. Il est également intéressant de signaler que l’utilisation de la langue arabe en ligne a continué d’augmenter depuis 2010, proportionnellement à la hausse des internautes.

Les smartphones de plus en plus utilisés

Depuis 2015, les utilisateurs de smartphones ne cessent d’augmenter contrairement aux personnes qui utilisent un ordinateur portable ou de bureau. Ainsi, on note que quasiment tous les habitants des Emirats Arabes Unis (99%), du Qatar (95%), de l’Arabie Saoudite (93%) et du Liban (91%) possèdent un téléphone portable intelligent. Les Jordaniens et les Tunisiens sont un peu moins nombreux, respectivement 83% et 65%. Cet outil technologique modifie aussi grandement le rapport que les habitants du Moyen-Orient ont avec l’information et l’actualité. De ce fait, un peu plus de la moitié des sondés utilisent des applications d’actualité pour se tenir informés et un peu plus d’un quart les utilisent quotidiennement. C’est d’ailleurs une activité très populaire en Arabie Saoudite (85%) et aux Emirats Arabes Unis (86%) contrairement en Jordanie (52%), en Tunisie (49%), au Liban (42%) ou au Qatar (33%). Les nouveaux usages de l’information, via les smartphones, forcent, aussi, les professionnels des médias traditionnels, comme Bachar Kiwan, à s’adapter. L’utilisation des réseaux sociaux en hausse L’utilisation des smartphones en hausse s’accompagne forcément d’une augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux. C’est, d’ailleurs, le média social WhatsApp qui est classé à la première position des applications utilisées par les habitants du Moyen-Orient (67%). En seconde et en troisième place, on retrouve, respectivement Facebook (63%) et Youtube (50%). Cette utilisation massive des réseaux sociaux, qui accompagne l’évolution numérique au Moyen-Orient, pousse les professionnels du secteur des médias (télévision, presse écrite, radio, etc.) a modifié leur mode de fonctionnement. Ces outils numériques peuvent être une réelle opportunité d’augmenter leurs audiences. Par exemple, la presse écrite se doit de passer au numérique si elle veut survivre : développement d’un site web qui propose les mêmes articles que la version papier, utilisation des réseaux sociaux pour communiquer (relayer les articles, informer les lecteurs, etc.). De même, la télévision peut se tourner vers Internet pour proposer ses programmes en VOD (Vidéo à la Demande Video On Demand, en anglais) et la radio peut retransmettre, en ligne ses émissions et ses podcasts. Même si elle a un impact très fort sur les médias traditionnels, la révolution numérique qui s’opère actuellement au Moyen-Orient peut être une formidable opportunité de développement pour les médias qui parviennent à prendre le virage dans les meilleures conditions. Néanmoins, la révolution numérique ne s’arrête pas là. Elle représente aussi des perspectives d’avenir dans les domaines politiques, économiques et sociaux.


Les perspectives d’avenir

Pour de nombreux experts, Internet joue un rôle important dans les transformations politiques et sociales qui sont en cours dans les pays du Moyen-Orient. Les réseaux sociaux, par exemple, ont réinventé l’activisme social et contribuent à la transmission du savoir et des nouvelles pratiques. De plus, il faut savoir que la révolution numérique concerne aussi l’économie du Moyen-Orient. Ainsi, on voit de nombreux projets qui tournent autour des nouvelles technologies se créer. Les startups jouent d’ailleurs un rôle très important dans cette révolution numérique.Pour de nombreux experts, Internet joue un rôle important dans les transformations politiques et sociales qui sont en cours dans les pays du Moyen-Orient. Les réseaux sociaux, par exemple, ont réinventé l’activisme social et contribuent à la transmission du savoir et des nouvelles pratiques. De plus, il faut savoir que la révolution numérique concerne aussi l’économie du Moyen-Orient. Ainsi, on voit de nombreux projets qui tournent autour des nouvelles technologies se créer. Les startups jouent d’ailleurs un rôle très important dans cette révolution numérique.

Startups, nouveaux projets

Les pays du Moyen-Orient lancent beaucoup de projets dans le domaine des nouvelles technologies et du numérique. Ils passent d’ailleurs énormément par l’intermédiaire des startups. Pour promouvoir, la création de startups dans les nouvelles technologies et le numérique, la Banque du Liban a mis en place la « circulaire 331 » qui garantit le capital investi par les banques dans les startups libanaises. Ce dispositif a clairement facilité les choses puisqu’aujourd’hui un entrepreneur peut démarrer une entreprise de technologie au Liban et avoir accès à du capital-risque. Ainsi, il pourra avoir un financement et un savoir-faire pour développer son entreprise à l’internationale. Cependant, le Liban n’est pas le seul pays à aider les entrepreneurs. En effet, les Emirats Arabes Unis sont aussi de la partie. Dubaï, la première ville du pays, joue un rôle majeur dans le développement de nouveaux projets, surtout au niveau des startups. En 2017, plus de 560 millions de dollars ont été levés par 260 startups à Dubaï. Cependant, les professionnels du secteur, comme Bachar Kiwan, déplorent le fait que l’accent soit essentiellement mis sur Dubaï car d’autres pays du Moyen-Orient jouent aussi un rôle très important dans cette révolution numérique. On peut, par exemple, citer l’Egypte qui possède une grande scène de startups et le Maroc qui est très bien positionné pour l’Afrique de l’Ouest.

En résumé, depuis les années 2000, on constate que la révolution numérique et la digitalisation du secteur entrepreneuriale dans les pays du Moyen-Orient n’a fait que de progresser. Maintenant, la quasi-totalité des habitants de cette zone possède un smartphone et a une connexion Internet permanente. On constate aussi que la population utilise de plus en plus les réseaux sociaux et les blogs pour communiquer, échanger des idées et partager leur vision du monde. D’un autre côté, plus économique, les pays du Moyen-Orient, comme le Liban, le Maroc, l’Egypte ou encore les Emirats Arabes Unis sont des réservoirs inépuisables de talents. Dans ces régions, de nombreux jeunes se lancent dans la création de startups spécialisées dans les nouvelles technologies et le numérique. Ces pays ont d’ailleurs mis en place des dispositifs d’aide comme la « circulaire 331 » au Liban. Le numérique représente donc une formidable opportunité de développement pour tous les pays du Moyen-Orient. Cependant, les médias traditionnels, dans lesquels travaillent Bashar Kiwan, comme la presse écrite, la télévision ou la radio, doivent s’adapter à ces nombreux changements pour ne pas sombrer. Pourtant, si le virage est bien négocié, les outils numériques peuvent représenter une formidable opportunité de développement.

Contact

Pour poser une question ou nous contacter, n’hésitez pas à remplir le formulaire suivant.

Contact form will be displayed here. To activate it you have to click this area and set the shortcode parameter in Customizer.

L’ÉVOLUTION NUMÉRIQUE AU MOYEN-ORIENT PAR BASHAR KIWAN

L’ÉVOLUTION NUMÉRIQUE AU MOYEN-ORIENT PAR BASHAR KIWAN

  Pour les occidentaux, le Moyen-Orient désigne la région comprise entre la rive orientale de la mer Méditerranée et la ligne tracée par la frontière entre l’Iran et le Pakistan. Cette partie du monde, en plein développement et en pleine croissance, vit, actuellement, en accéléré et de manière amplifiée la transition numérique que le continent européen a vécu a vécu ces dernières années. Depuis les années 2000, le Moyen-Orient est plongé dans un contexte de développement rapide de la technologie et des médias. Cependant, les défis sont nombreux car la zone est confrontée à une forte concurrence et à un environnement à la forte pression fiscale et réglementaire. Bashar Kiwan, nous propose de revenir sur cette marche en avant et l’évolution numérique au Moyen-Orient. Bashar Kiwan est le fondateur et le président de la compagnie al-Waseet International. Elle a été créé en 1992 au Koweït en partenariat avec deux figures influentes du pays Mohammad el-Outeybi et cheikh Sabah Jaber Sabah. Al-Waseet International (AWI) appartient au groupe Al-Wataniya qui possède également d’autres publications comme al-Balad et Layalina. Son siège social est situé à Dubaï. La compagnie est une grande maison d’édition qui est aussi spécialisée dans les médias. Par exemple, al-Waseet est un journal de petites annonces, Layalina est un mensuel people et al-Balad est un quotidien. De ce fait, l’entrepreneur Bashar Kiwan est très intéressé par l’évolution numérique du Moyen-Orient. Au cours de cet article, nous reviendrons donc, avec lui, sur l’évolution numérique au Moyen-Orient au cours des années 2000 à 2010 avant de faire un point sur la situation actuelle dans cette zone du monde en plein développement. Pour finir, nous nous attarderons sur les perspectives d’avenir de ce secteur au travers des différentes actions menées par les startups notamment.

L’évolution numérique des années 2000 à 2010

Entre les années 2000 et 2010, le Moyen-Orient a subi une profonde modification numérique. Cette révolution a touché tous les secteurs médiatiques : les journalistes indépendants, les grandes chaînes de télévision, les journaux papiers. Ainsi, l’information circule beaucoup plus facilement et les échanges sont clairement simplifiés. Retour sur cette période de changement numérique.

La croissance des nouveaux médias au Moyen-Orient

La décennie entre les années 2000 et 2010 a été marquée par la croissance impressionnante des nouveaux médias dans le monde arabe suite au développement des télévisions satellitaires puis grâce à l’essor d’Internet. Selon Internet World Stats, qui recense les usages du web par les internautes, le Moyen-Orient comptait, en 2010 63 millions d’utilisateurs alors qu’ils n’étaient que 3 millions en 2000. Cette croissance peut notamment s’expliquer par la dénationalisation, la libéralisation des industries de la communication et l’adoption de nouveaux modèles économiques. Cette augmentation peut aussi s’expliquer par la transformation, la transmission et le partage du savoir. Par exemple, le domaine du marketing digital a connu une avancée fulgurante pendant cette période. D’après un rapport de Madar Research Group, une société d’études sur les technologies de l’information et de la communication basée à Dubaï, le budget publicitaire en ligne au Moyen-Orient a augmenté de 50% chaque année. La compagnie libanaise, Eastline Marketing, dépeint également le même tableau. Plus précisément, c’est la population, de par ses nouvelles habitudes de consommation, qui a initié et propulsé ce changement sans précédent. Dans tous les pays, on remarque que des espaces publics se créent et permettent de favoriser la participation active entre les citoyens. Ces nouvelles pratiques participent grandement à l’explosion des nouvelles technologies numériques dans les pays du Moyen-Orient et contribuent à redéfinir la configuration du paysage sociopolitique, religieux et économique.

Les réseaux sociaux au Moyen-Orient

Grâce à la démocratisation d’Internet, les réseaux sociaux ont aussi vu, pendant la décennie 2000-2010, leur nombre d’utilisateurs largement augmenté surtout auprès des jeunes générations. Au Moyen-Orient, les réseaux sociaux les plus utilisés sont : Youtube, Facebook, Twitter et LinkedIn. Dans des pays comme l’Egypte et le Liban, le taux d’utilisation est même de 70%. Il est intéressant de noter que des interfaces sur mesure ont été développées par les grands noms d’Internet afin d’être adaptées à la langue arabe. De même, des sites « natifs » ont été créés et sont uniquement accessibles pour ce public. Pourtant, les utilisateurs des interfaces arabophones sont plutôt minoritaires puisqu’ils ne représentent que 25% de internautes. On remarque aussi qu’ils sont de plus en plus nombreux à se détourner des sites anglophones pour se diriger vers des sites en arabe. Cette tendance est un véritable indicateur du fait que les internautes au Moyen-Orient recherche de plus en plus du contenu culturel qui répond aux particularités de leur région. Le numérique, bien qu’il contribue au changement des mœurs, est tout de même largement influencé par les pratiques culturelles, les religions, la politiques et les facteurs socio-économiques. L’essor des réseaux sociaux, et par extension, d’Internet a aussi modifié le rapport que les nouvelles générations entretiennent avec l’actualité. Ainsi, différents groupes se sont formés.

Les enjeux importants d’Internet et des médias

Grâce à la propagation d’Internet dans les pays du Moyen-Orient, on s’est très vite aperçu qu’un large panel de sujets intéressaient les internautes. Ces sujets, souvent politisés, ont été l’objet d’intenses débats. Bien entendu, les médias traditionnels (presse, télévision, radio) ont toujours un rôle important mais les populations ne se contentent plus de ces médias pour se forger leur propre avis et s’informer. En effet, elles utilisent, depuis les années 2000, grandement Internet pour avoir un autre point de vue sur des situations parfois compliquées. Ainsi, les professionnels du secteur comme Bashar Kiwan, ont vu se développer les communautés d’Internet : blogueurs, activistes, militants, etc. De plus, bien que la plupart des initiatives soient individuelles, ces personnes peuvent aussi se réunir en communauté de plusieurs individus et s’organiser collectivement via les réseaux sociaux comme Facebook, par exemple. Le cas des blogs est assez représentatif de l’évolution numérique qui a actuellement lieu dans les pays du Moyen-Orient. En 2010, on en dénombrait 30 000. Certains de ces blogs sont suivi par des milliers de personnes et leur audience est de qualité. Ces blogs, consultés par des locaux, sont même lus par des militants, des politiciens, des journalistes et des académiciens. Leur poids est tellement important que des journaux papiers classiques citent des blogs comme sources de leurs articles. On peut par exemple citer : Al-Masry Al-Youm en Égypte, ou al-Balad, qui appartient à Bashar Kiwan, au Liban. La multiplication des blogs peut s’expliquer par le fait que ce sont des outils très simples à mettre en place et très abordables. De plus, ils constituent une plateforme idéale de partage et d’expression libre. On remarque aussi que de nombreux blogueurs remplacent le rôle de journaliste et deviennent même des lanceurs d’alerte.

Les obstacles au développement des outils numériques

Bien que la révolution numérique soit en marche dans les pays du Moyen-Orient, toutes les populations ne sont pas égales face à ses innovations. En effet, de nombreuses personnes considèrent qu’Internet est encore réservé aux privilégiés et n’atteint pas encore l’ensemble de la société arabe. Les personnes situées dans les zones défavorisées, par exemple, ne sont pas connectées. Le développement du réseau n’est pas optimal et réparti de manière équitable entre les territoires. En effet, ce développement est lié à la situation économique des différents pays. On ne peut donc pas dire que toutes les régions sont égales face à cette révolution numérique. Surtout que les médias se concentrent, avant tout, sur les zones fortement urbanisées et donc grandement peuplées. Depuis les années 2010, la situation a-t-elle réellement changée ?

Etat des lieux de la situation numérique du Moyen-Orient aujourd’hui

Une étude réalisée par l’Université Northwastern à Qatar, montre que l’usage des médias au Moyen-Orient, en 2017, est de plus en plus tourné vers les réseaux sociaux et Internet. Cette étude a eu pour but d’analyser les habitudes médiatiques de 7000 arabes, originaires de 7 pays différents : Émirats Arabes Unis (EAU), Liban, Arabie Saoudite, Jordanie, Qatar, Tunisie et Egypte. On peut donc sans problème dire que la situation a avancé depuis les années 2010. Retour sur cette étude pleine d’enseignement.

L’usage d’Internet en nette progression

La révolution numérique, comme dans tous les pays où elle a eu lieu a fait plusieurs victimes : la presse papier et la radio. Les pays du Moyen-Orient n’échappent pas à la règle puisque l’étude montre clairement que le taux de lecture des journaux et des magazines et les audiences de la radio ont largement diminué. Pour les journaux, le taux de lecture est passé de 47% en 2013 à 25% en 2017 ; pour la radio, les audiences ont baissé de 59% en 2013 à 49% en 2017 ; enfin le taux de lecture des magazines est passé de 26% en 2013 à 19% en 2017. Alors que de son côté, Internet connaît toujours plus de succès : 63% en 2013 et 84% en 2017, soit une augmentation de 21%. Il est également intéressant de signaler que l’usage de la télévision n’a pas trop diminué, passant de 98% en 2013 à 93% en 2017. Les professionnels de la presse, comme Bashar Kiwan, doivent maintenant s’adapter face à ses nouvelles habitudes. Il est également intéressant de signaler que l’utilisation de la langue arabe en ligne a continué d’augmenter depuis 2010, proportionnellement à la hausse des internautes.

Les smartphones de plus en plus utilisés

Depuis 2015, les utilisateurs de smartphones ne cessent d’augmenter contrairement aux personnes qui utilisent un ordinateur portable ou de bureau. Ainsi, on note que quasiment tous les habitants des Emirats Arabes Unis (99%), du Qatar (95%), de l’Arabie Saoudite (93%) et du Liban (91%) possèdent un téléphone portable intelligent. Les Jordaniens et les Tunisiens sont un peu moins nombreux, respectivement 83% et 65%. Cet outil technologique modifie aussi grandement le rapport que les habitants du Moyen-Orient ont avec l’information et l’actualité. De ce fait, un peu plus de la moitié des sondés utilisent des applications d’actualité pour se tenir informés et un peu plus d’un quart les utilisent quotidiennement. C’est d’ailleurs une activité très populaire en Arabie Saoudite (85%) et aux Emirats Arabes Unis (86%) contrairement en Jordanie (52%), en Tunisie (49%), au Liban (42%) ou au Qatar (33%). Les nouveaux usages de l’information, via les smartphones, forcent, aussi, les professionnels des médias traditionnels, comme Bashar Kiwan, à s’adapter. L’utilisation des réseaux sociaux en hausse L’utilisation des smartphones en hausse s’accompagne forcément d’une augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux. C’est, d’ailleurs, le média social WhatsApp qui est classé à la première position des applications utilisées par les habitants du Moyen-Orient (67%). En seconde et en troisième place, on retrouve, respectivement Facebook (63%) et Youtube (50%). Cette utilisation massive des réseaux sociaux, qui accompagne l’évolution numérique au Moyen-Orient, pousse les professionnels du secteur des médias (télévision, presse écrite, radio, etc.) a modifié leur mode de fonctionnement. Ces outils numériques peuvent être une réelle opportunité d’augmenter leurs audiences. Par exemple, la presse écrite se doit de passer au numérique si elle veut survivre : développement d’un site web qui propose les mêmes articles que la version papier, utilisation des réseaux sociaux pour communiquer (relayer les articles, informer les lecteurs, etc.). De même, la télévision peut se tourner vers Internet pour proposer ses programmes en VOD (Vidéo à la Demande Video On Demand, en anglais) et la radio peut retransmettre, en ligne ses émissions et ses podcasts. Même si elle a un impact très fort sur les médias traditionnels, la révolution numérique qui s’opère actuellement au Moyen-Orient peut être une formidable opportunité de développement pour les médias qui parviennent à prendre le virage dans les meilleures conditions. Néanmoins, la révolution numérique ne s’arrête pas là. Elle représente aussi des perspectives d’avenir dans les domaines politiques, économiques et sociaux.

Les perspectives d’avenir

Pour de nombreux experts, Internet joue un rôle important dans les transformations politiques et sociales qui sont en cours dans les pays du Moyen-Orient. Les réseaux sociaux, par exemple, ont réinventé l’activisme social et contribuent à la transmission du savoir et des nouvelles pratiques. De plus, il faut savoir que la révolution numérique concerne aussi l’économie du Moyen-Orient. Ainsi, on voit de nombreux projets qui tournent autour des nouvelles technologies se créer. Les startups jouent d’ailleurs un rôle très important dans cette révolution numérique.

Startups, nouveaux projets

Les pays du Moyen-Orient lancent beaucoup de projets dans le domaine des nouvelles technologies et du numérique. Ils passent d’ailleurs énormément par l’intermédiaire des startups. Pour promouvoir, la création de startups dans les nouvelles technologies et le numérique, la Banque du Liban a mis en place la « circulaire 331 » qui garantit le capital investi par les banques dans les startups libanaises. Ce dispositif a clairement facilité les choses puisqu’aujourd’hui un entrepreneur peut démarrer une entreprise de technologie au Liban et avoir accès à du capital-risque. Ainsi, il pourra avoir un financement et un savoir-faire pour développer son entreprise à l’internationale. Cependant, le Liban n’est pas le seul pays à aider les entrepreneurs. En effet, les Emirats Arabes Unis sont aussi de la partie. Dubaï, la première ville du pays, joue un rôle majeur dans le développement de nouveaux projets, surtout au niveau des startups. En 2017, plus de 560 millions de dollars ont été levés par 260 startups à Dubaï. Cependant, les professionnels du secteur, comme Bashar Kiwan, déplorent le fait que l’accent soit essentiellement mis sur Dubaï car d’autres pays du Moyen-Orient jouent aussi un rôle très important dans cette révolution numérique. On peut, par exemple, citer l’Egypte qui possède une grande scène de startups et le Maroc qui est très bien positionné pour l’Afrique de l’Ouest. En résumé, depuis les années 2000, on constate que la révolution numérique et la digitalisation du secteur entrepreneuriale dans les pays du Moyen-Orient n’a fait que de progresser. Maintenant, la quasi-totalité des habitants de cette zone possède un smartphone et a une connexion Internet permanente. On constate aussi que la population utilise de plus en plus les réseaux sociaux et les blogs pour communiquer, échanger des idées et partager leur vision du monde. D’un autre côté, plus économique, les pays du Moyen-Orient, comme le Liban, le Maroc, l’Egypte ou encore les Emirats Arabes Unis sont des réservoirs inépuisables de talents. Dans ces régions, de nombreux jeunes se lancent dans la création de startups spécialisées dans les nouvelles technologies et le numérique. Ces pays ont d’ailleurs mis en place des dispositifs d’aide comme la « circulaire 331 » au Liban. Le numérique représente donc une formidable opportunité de développement pour tous les pays du Moyen-Orient. Cependant, les médias traditionnels, dans lesquels travaillent Bashar Kiwan, comme la presse écrite, la télévision ou la radio, doivent s’adapter à ces nombreux changements pour ne pas sombrer. Pourtant, si le virage est bien négocié, les outils numériques peuvent représenter une formidable opportunité de développement.
Voici un exemple de page. Elle est différente d’un article de blog, en cela qu’elle restera à la même place, et s’affichera dans le menu de navigation de votre site (en fonction de votre thème). La plupart des gens commencent par écrire une page « À Propos » qui les présente aux visiteurs potentiels du site. Vous pourriez y écrire quelque chose de ce tenant :
Bonjour ! Je suis un mécanicien qui aspire à devenir un acteur, et ceci est mon blog. J’habite à Bordeaux, j’ai un super chien qui s’appelle Russell, et j’aime la vodka-ananas (ainsi que perdre mon temps à regarder la pluie tomber).
…ou bien quelque chose comme cela :
La société 123 Machin Truc a été créée en 1971, et n’a cessé de proposer au public des machins-trucs de qualité depuis cette année. Située à Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson, 123 Machin Truc emploie 2 000 personnes, et fabrique toutes sortes de bidules super pour la communauté bouzemontoise.
Étant donné que vous êtes un nouvel utilisateur ou une nouvelle utilisatrice de WordPress, vous devriez vous rendre sur votre tableau de bord pour effacer la présente page, et créer de nouvelles pages avec votre propre contenu. Amusez-vous bien !